Le crépuscule des auras

Publié le par sansqueuenitete

tumblr_lhkg42xjKm1qzb7gjo1_500-copie-1.jpeg

 

 

L’aura d’une œuvre se définit par l’unique apparition d'un lointain si proche soit-il

Walter Benjamin

 

Internet réussit à extraire l’œuvre de son Musée, de son temple. Il semble lui ôter le sens qui lui a été donné alors, mais pour mieux s’offrir à la contemplation du spectateur moderne, libre de toute influence politique ou religieuse. Une liberté dangereuse pour l’œuvre qui gagne en popularité ce qu’elle perd en aura. Plus d’influence oblique ni d’entretien avec les muses, les murs des lieux sacrés sont tombés. La distance est abolie, le silence est rompu; l’Art s’expose de manière universelle, désignant Internet pour musée et le Monde pour muse. Tout compte fait, l’œuvre "aura" le réseau !

 


 


s51-benjamin-540x304.jpeg

Walter Benjamin (1892-1940)

 

Le musée est mort, vive le musée de Marque !  > Marques Musées : l'empire des sens  


 

Commenter cet article